Anthias
mail

Hemopharm
Grandeur et décadence

Maj : 15/11/09

Création d'Hemopharm

En 1990, le pôle médical français de Thomson CGR (Compagnie Générale de Radiologie) a été détruit suite à l'absorption et dissolution par General Electric, en échange d'un soi-disant futur hypothétique contrat pour la guerre des étoiles qui n'a jamais été honoré. Les medias de l'époque présentaient cela comme une grande avancée de la France….
Mon poste de responsable de l'imagerie médicale région France sud et Méditerranée, radiologie classique et numérique, scanner et RMN puis ensuite de responsable des hautes énergies, cobalt et accélérateurs linéaires a donc disparu.
À ce moment, j'ai été mandaté à titre d'ingénieur conseil pour le développement d'un automate biomédical nouveau et original.
Après une première étude, je me suis associé avec l'initiateur du projet, M. Alain Fillaud pour créer la société Hemopharm en 1990. M. Alain Fillaud était un homme agréable, doué d'un bon sens commercial qui a su trouver l'idée du produit au bon moment et ouvrir les marchés.

La première période d'Hemopharm

Nous n'étions que tous les deux au début, les locaux étaient dans la cave. J'ai entièrement conçu la gamme initiale Hemomatic et dérivés, en logiciel et matériel. Ce matériel est arrivé au moment idéal sur le marché, il répondait à toutes les exigences de la sécurité transfusionnelle en évitant les erreurs et en permettant un contrôle et une traçabilité du produit transfusionnel tout au long de la chaîne, depuis la collecte jusqu'à l'exploitation du produit sanguin. Nous étions les seuls à proposer un matériel au point sur le marché international lors de l'annonce au public du scandale du sang contaminé, alors que les professionnels connaissaient ce problème depuis très longtemps.
Le matériel de pesée agitation et d'assistance au prélèvement était demandé par les nouvelles exigences de la transfusion. Nous avons étendu l'activité de la société à des dispositifs de soudage de tubulures, produits complémentaires du processus de collecte.
Un laser pour prélever une goutte de sang en bout de doigt de manière stérile et indolore a été développé en interne pour étoffer le catalogue.
La société s'est développée très régulièrement, les effectifs ont augmenté. Nous avons recruté un responsable de production, compétent et efficace, M. Alain Jolibois. Nous avons équipé les centres de transfusion français et une quinzaine de pays étrangers.
Le produit était bon, mais pas la gestion de la société, dont je ne me suis jamais occupé, restant strictement sur les aspects techniques. Pour faire face aux besoins de trésorerie liés à la forte croissance, des actionnaires investisseurs sont rentrés au capital et sont devenus majoritaires. La société Hemopharm a été mise en redressement judiciaire et M. Fillaud remercié suite à l’analyse de la comptabilité par les nouveaux actionnaires.


La deuxième période d'Hemopharm

Un nouveau directeur M. Jean-Pierre Hermet a été nommé par les actionnaires en 1995. La société "redressée " a continué sur ses acquis précédents mais avait perdu son âme.
Nous avons pourtant battu tous nos concurrents internationaux sur ce marché très pointu et en 1998, nous étions en phase finale de signature des énormes contrats américains et canadiens, en particulier de l'American Red Cross.
En 1997, la presse citait l'entreprise phare, leader de l'exportation et décernait tous les lauriers :
Hemopharm, à Gardanne, matériel médical, pour un gros contrat aux États-Unis (4 000 appareils de prélèvement sanguin) : environ 60 MF, (9 millions d'euros), soit plus de 4 fois son chiffre d'affaires actuel...
Sacramento Business Journal : ThermoGenesis to import French blood collector

Il n'y avait toutefois plus aucune créativité et les produits avaient cessé d'évoluer, ces contrats découlaient du travail de fond précédent. L'activité s'orientait vers le négoce de produits peu adaptés.


Le naufrage d'Hemopharm

D'invraisemblables "fautes" (le mot est faible !) de management et malversations ont amené la liquidation judiciaire finale d'Hemopharm en quelques jours, alors que la société avait atteint tous ses objectifs et ruiné ainsi dix ans de travail acharné entre 1990 et 1999.
Tout a été perdu, en particulier les énormes contrats américains qui ont été dénoncés et les clients abandonnés. Tout le personnel a été licencié et les locaux de Gardanne fermés, terminant piteusement une belle aventure industrielle. Les actions qui étaient très côtées quelques jours ont été perdues.

Notre partenaire américain Thermogenesis qui avait travaillé avec nous depuis le début pour pénétrer ce difficile marché protégé a été très ébranlé par cette fin invraisemblable.


Les produits propres d'Hemopharm

Une des faiblesses stratégiques de la société a été d'être mono produit. La seule création véritable en 9 ans a été les automates de transfusion (qui n'étaient que des variations sur un modèle unique !). La faiblesse fatale d'Hemopharm a été de ne jamais avoir eu de gestionnaire compétent, qui depuis les premiers jours aurait eu une vision globale de la politique financière.

Les Hemo Matic et Hemo Biomatic et Hemo Trans sont construits sur la même base, ma carte à microcontrôleur 80c552 et un logiciel identique, ils ne se différencient que par des options marketing.

Hemo Matic

C'est le produit de base que j'ai conçu dans l'esprit initial. Il s'agit d'un système de pesée agitation en continu d'une poche de sang stérile en cours de prélèvement.
La photo montre le produit complet, avec lecteur de codes à barres, imprimante à étiquette et valise de transport.

Déroulement du prélèvement :
Les codes à barres de la fiche donneur, des tubes et de la poche sont validés par lecture optique. Le volume (typiquement 450 ml) est programmé. Le donneur est piqué et le prélèvement lancé après les autotests et tarages de la poche en place sur le plateau. L'agitation commence.
Lorsque le volume programmé est atteint, la tubulure est clampée (obstruée), le prélèvement s'arrête et la préleveuse alertée.

L'originalité a été de concevoir le très délicat dispositif de pesée agitation, le plateau oscillant et son moteur avec bielle / manivelle sont embarqués sur une jauge de contrainte. Diverses astuces logicielles éliminent l'effet de déplacement du centre de carène liquide qui se traduit par une variation apparente du bras de levier quand la masse de sang se déplace d'un bout à l'autre du plateau. Un autre effet très pervers est la pression variable exercée par la tubulure coincée dans le clampeur qui appuie sur la poche et fausse la mesure. Il ne faut pas oublier que la mesure d'une quantité maximale de 500 grammes de liquide en mouvement se fait au gramme près !
L'agitation est indispensable pendant la dizaine de minutes du prélèvement afin de mélanger au mieux l'anticoagulant et le sang entrant pour éviter la fibrillation, les deux produits sont peu miscibles et il faut soigner la dynamique des fluides pour générer le maximum de turbulences et éviter les zones mortes.
Le matériel se compose d'une caisse aluminium supportant le plateau oscillant et permettant de dialoguer par clavier souple et afficheur 2 lignes 24 caractères, plus les alertes optiques et sonores d'anomalie de débit, de fin de prélèvement...
Les données des prélèvements sont datées et archivées dans une base interne (capacité de 400 prélèvements) qui est accessible en branchant un PC sur le port série, au coup par coup ou dans un réseau.
Un lecteur de codes à barres permet d'éviter les erreurs de saisies et contrôle la cohérence des fiches, poches et tubes.
Le programme Hemolog écrit en langage C sur PC, permet de traiter individuellement et statistiquement les données des machines.
Nous avons été très bridés dans le développement des bases de données par les restrictions " Informatique et libertés ". Cela interdisait de conserver trace des noms des donneurs. Par la suite, si une "anomalie " était détecté a posteriori chez un donneur, les centres n'avaient aucun moyen de récupérer les lots défectueux non encore utilisés. Les sous-produits proviennent du mélange de multiples poches (polling) et une seule poche contaminée rend impropre tous les dérivés qui seront quand même utilisés chez les malades avec les énormes risques prévisibles.

SURGICAL/MEDICAL/NEW TERMS GLOSSARY : HemoMatic™ blood-collection monitor
Device provides precise monitoring of volume and rate of blood flow of blood donors, allowing technicians to monitor a higher volume of donors at one time with this advanced automated system. Filed for FDA approval. Mfg: ThermoGenesis Corporation.


Hemo Biomatic

Comme Hemo Matic, mais avec un petit dispositif d'analyse de sang embarqué (non développé en interne, acheté "sur étagère").

Hemo Trans

Version dégradée ne comportant qu'un afficheur 8 caractères et sans code à barres, sans batterie.

Hemo Mixer

Comme Trans mais avec une batterie autonome.

Les lasers

L'idée en soi était astucieuse, un flash laser perçait la peau en bout de doigt et stérilisait le derme, une goutte de sang perlait. Cela était un peu moins douloureux que le pique-doigt classique à aiguille, mais beaucoup plus onéreux pour le même usage. Il a donc fallu rogner sur le prix du tube laser, acheté par un chemin étrange à des récupérateurs de matériels soviétiques de surplus. L'approvisionnement était incertain et les spécifications inexistantes.


Les produits de négoce pour étoffer le catalogue

Les produits de négoce sont des produits achetés et revendus tels quels, sans aucune valeur rajoutée, avec une faible marge finale, destinés principalement à créer du volume pour la trésorerie et permettre des "facilités " (= abus) comptables. Ils n'ont qu'un rapport éloigné avec le corps de métier.
Les accessoires et compléments du produit, comme les valises, les lecteurs de codes à barre, les blocs d'alimentation ne sont pas considérés comme des produits de négoce car ils font partie intégrante de l'offre.

Les soudeuses

Matériels fabriqués par le coréen Centron, destinés à souder les tubulures en fin de prélèvement pour sceller la poche et fournir des sections de tubulures scellées permettant d'analyser les échantillons, on étés diffusés sous divers noms suivant la présentation :
Caravan Sealer Pocket Sealer, Mobile Sealer, Hemo Sealer…
Certains ont été intégrés à titre expérimental dans des automates.

Les imprimantes de codes à barres

Autre produit de négoce, parfois intégré dans les Hemo Matic pour générer la liasse de codes à barres à coller sur les dossiers, la poche et les tubes.

Les analyseurs de sang

Le modèle de base donnait le taux de cholestérol et utilisant une goutte de sang dans une cuve jetable.
Ils ont été intégrés dans l'Hemo Biomatic ou vendus séparément sous le nom Chol Test.

Les autres petits produits

Divers objets sans valeur ajoutée : Presses à plasma Centron, agitateurs, blocs conservateurs de froid, bains-marie, etc.

Les gadgets

Pendant la période "difficile ", d'autres produits de négoce ont été testés, des armoires réfrigérantes, des emballages carton et autres objets étranges sans avenir pour nous.


La terminologie

Tout ce texte évoque l'aventure industrielle de la société Hemopharm de sa création en 1990 à sa disparition en 1999 à laquelle j'ai participé comme acteur majeur et actionnaire.
Il y a eu diverses variantes et un flou dans les appellations, parfois avec accent, parfois en un seul mot, avec ou sans tiret, cela dépendant des époques.
Il a donc existé des Hemomatic, Hémomatic, Hemo-Matic, c'est la même chose. La marque déposée a été "HemoMatic"
De même la société a été désignée par Hemopharm, Hémopharm, Hémo-Pharm, suivi ou non de "Service "…
Il s'agissait bien de la société de Gardanne, dans la ZI Avon.
Le nom "Hemopharm " se retrouve dans divers pays, mais ces sociétés n'ont rien à voir avec celle citée.



© Christian Couderc 1999-2019     Toute reproduction interdite sans mon autorisation


* Page vue   79   fois       IP : 18.204.56.104

 Haut de page         Dernière retouche le 27 Juin 2019 à 15 h         Retour page précédente

   Collector